Pages Navigation Menu

Emmanuelle Polack

Rends les œuvres ! La spoliation d’œuvres d’art par le régime nazi

Rends les œuvres ! La spoliation d’œuvres d’art par le régime nazi

Dès l’été 1940, l’occupant allemand, avec la collaboration du gouvernement du maréchal Pétain, organise le pillage du patrimoine artistique détenu par les Juifs. Aujourd’hui, après des enquêtes fastidieuses, quelques-unes de ces œuvres retrouvent les familles de leur propriétaire d’origine.

Le maréchal allemand von Rundstedt, commandant des forces allemandes en France, visite le musée du Louvre accompagné du conservateur du musée. Paris octobre 1940. (Photo : Universal History Archive).
Le maréchal allemand von Rundstedt, commandant des forces allemandes en France, visite le musée du Louvre accompagné du conservateur du musée. Paris octobre 1940. (Photo : Universal History Archive).• Crédits : Getty

La spoliation des œuvres d’art pendant l’Occupation : pendant la guerre, les affaires du marché de l’art continuent. Des collectionneurs collectionnent, des peintres peignent, des marchands commercent, et l’occupant pille. Dans le même temps, d’autres peintres, collectionneurs, marchands d’arts sont persécutés et spoliés. Où en sommes-nous aujourd’hui de la question des restitutions ? Xavier Mauduit

Durant l’Occupation, 100 000 œuvres d’art sont transférées de la France vers l’Allemagne. Ces pillages sont le fruit d’une véritable entreprise de spoliation mise en place par les nazis avec la collaboration du régime de Vichy. Après avoir entrepris une purification de l’art allemand, Hitler a l’ambition de créer un grand musée grâce aux œuvres aryennes confisquées dans les pays occupés. Puisque les œuvres des musées ont été mises en sécurité, les nazis pillent les collections d’art privées, principalement celles de familles juives. Si une grande partie des œuvres sont revenues en France à la Libération, plusieurs milliers d’entre elles restent encore introuvables.  

Comment se sont organisées les spoliations d’œuvres d’art sous l’Occupation ? Dans quelle mesure la persécution et la déportation des juifs va aussi bénéficier à certains professionnels du marché de l’art ? Qui était Rose Valland, témoin clé des pillages d’œuvres d’art ? Et comment favoriser la restitution de ces œuvres ?

Avec Emmanuelle Polack, docteure en histoire de l’art, elle se bat en faveur des restitutions d’œuvres d’art spoliées pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle est chargée par le musée du Louvre d’enquêter sur les œuvres acquises entre 1933 et 1945. Elle est notamment l’autrice de Le marché de l’art sous l’Occupation 1940-1944 (Tallandier, 2019) et coautrice avec Philippe Dagen des Carnets de Rose Valland le pillage des collections privées d’œuvres d’art en France durant la Seconde Guerre mondiale (Fage Éditions, 2019). https://73df3971651babc8dc6a01ed5cfab424.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-37/html/container.html

Avec nous également, Valérie Hannin, directrice de la rédaction de L’Histoire qui vient nous présenter le numéro de mars 2021 pour lequel Emmanuelle Polack a rédigé l’article “Les inaugurations au Musée d’Art moderne”.