Pages Navigation Menu

Emmanuelle Polack

Les restitutions d’oeuvres spoliées au coeur de l’actualité

Les restitutions d’oeuvres spoliées au coeur de l’actualité

Extrait de l’article d’Eric Chaverou – du 12 mars 2014 :

http://www.franceculture.fr/2014-03-11-les-restitutions-d-oeuvres-spoliees-au-coeur-de-l-actualite

Le ministère de la Culture a remis hier trois œuvres aux ayants droit de victimes des nazis et affirmé une politique “proactive”. Et aujourd’hui sort un film de Georges Clooney inspiré de l’histoire de ceux qui se sont battus en 1944 pour récupérer les œuvres volées par le IIIe Reich. Deux rendez-vous pour une question que le grand public ne connaît pas forcément, ou oublie.

Trois toiles et trois destins pour une grande émotion en un même lieu, près de 70 ans après la fin de la seconde guerre mondiale. Trois tableaux pour jusqu’ici un seul sigle : MNR. Ces trois lettres, pour “Musées Nationaux Récupération”, servent à identifier environ deux mille œuvres amassées ou pillées par les nazis et qui, pour n’avoir pas retrouvé leurs propriétaires après-guerre, sont en dépôt dans cinquante-sept musées français.

(…)

Quand l’État recherche désormais les ayants droit

Dans la continuité de ses propos de l’an dernier, Aurélie Filippetti a cette fois encore affirmé une politique qui veut aller vers les ayants droit, plutôt que d’attendre qu’ils se manifestent, comme jusqu’à présent. Il y a un an, elle avait en effet déjà ainsi restitué sept toiles (voir notre dossier très complet de l’époque). Quand depuis une vingtaine d’années, l’action de l’État français a permis de restituer quelque 70 œuvres.

(…)

Un effet “Monuments men” ?

Les discours terminés, place aux petits-fours et aux conversations. Et une autre œuvre, liée, revient régulièrement : le film de et avec Georges Clooney qui sort ce mercredi. Voilà peut-être aussi pourquoi tant de journalistes sont venus rue de Valois pour seulement trois toiles, à l’intérêt artistique et financier mineur. Emmanuelle Polack se retrouve ainsi assaillie de questions sur “Monuments men”, scénario inspiré de l’histoire d’un groupe d’experts qui a tenté de secourir des œuvres à la fin de la guerre. Cette chercheure associée à l’Institut National de l’Histoire de l’Art regrette la place dérisoire et erronée accordée à Rose Valland, historienne de l’art et résistante ayant tout fait pour préserver un patrimoine menacé : « c’est bien un monuments men ! ». Mais Emmanuelle Polack se console avec l’interprétation de Cate Blanchett, dans un film qui a tout de même selon elle un mérite pédagogique et encourage tous ceux qui travaillent difficilement, souvent seuls, à “recoller les morceaux” :

ÉCOUTER : http://www.franceculture.fr/player/embed-share?content=4813168

Emmanuelle Polack, qui prépare en complément du dispositif actuel un “pôle provenance”, au service du grand public, composé de chercheurs et de spécialistes. Quand en Allemagne, par exemple, les groupes de provenance sont plus nombreux :

ÉCOUTER : http://www.franceculture.fr/player/embed-share?content=4813040